Concert Les harlequins de M. de Visée - Rencontres Culturelles d'Usson 2022 #4

Le chanteur et flûtiste espagnol Gabriel Belkheiri et théorbiste italien Jérémy Nastasi nous invite au voyage dans l’univers précieux et baroque des airs de cour du XVIIème siècle ; ici poésie et musique s’entremêlent à la lueur des chandelles.

C’est au tournant de la Renaissance et du Baroque que la chanson polyphonique qui sublima la poésie de Ronsard et Du Bellay sous le règne des derniers Valois, laissa place à l’Air de Cour au début du XVIIème siècle. L’entremêlement des voix se mue progressivement en monodie accompagnée d’une guitare ou d’un luth - instruments harmoniques rapportés d’Italie et d’Espagne au grès des échanges belliqueux ou matrimoniaux - et ainsi dans leur version la plus simple, divertissent la cour avec seulement deux artistes en tout temps, en tous lieux. Initié sous Henri IV, l’Air de Cour voit son apogée avec Louis XIII avant de disparaître sous le Roi Soleil ou plutôt de se transmuter en airs pour les cantates françaises ou la tragédie lyrique chère à Louis XIV.
Alors les grands thèmes de ces nouveaux airs vont s’inspirer à la fois de la poésie galante et de l’actualité de ces temps anciens. Nous retrouverons logiquement un tableau des différents affects des passions amoureuses avec déjà, un goût prononcé pour les allusions naturalistes ; l’air grave tesmoins de mes delices en 1647 plainte à la forêt de l’indélicatesse de la belle Amarante sous les notes mélancoliques de Constantijn Huygens (1596-1687) dont, soit dit en passant, le fils Christian deviendra le célèbre astronome et physicien que l’on sait, où dans ces « vers faits par la Reine Marguerite [la reine Margot] prisonniere au chasteau d'Usson en Auvergne » et mis en musique en 1618 par Jean Boyer (1600-1648) violiste et luthiste de la reine Anne d’Autriche.
Cette infante devenue régente, envahissante mère de Louis XIV, saura imposer la culture de son Espagne natale jusque dans les airs de cour, en témoigne l’important corpus d’airs espagnol qui nous est parvenu dont le célèbre « Por la verde orilla del claro Tormes » d’Étienne Moulinié (1599-1676) composé en 1629. Anne d’Autriche n’oubliera pas de demander au musicien italien Francesco Corbetta d’enseigner la guitare à Louis l’enfant roi. Plus tard, ce sera Robert de Visée (ca.1650-ca.1732), autre élève de Corbetta, qui prendra le relais et fera partie du cercle restreint de musiciens admis dans la chambre du roi. Louis XIV, nous l’oublions souvent, fût un guitariste émérite et Visée reconnaissant dédiera au Roy ses deux livres de pièces pour guittare, et saura dans l’intimité de cette chambre transcrire au théorbe le souvenir de pièces en vogue, telle la Chaconne des Harlequins de M. de Lully composée pour le Bourgeois gentilhomme de Molière !
La durée des spectacles est comprise entre 60 et 80mn, une courte pause est prévue pour que les familles avec enfants puissent découvrir la musique et de beaux instruments, tout en prenant congé discrétement à l'entracte si elles le souhaitent.

Catégories

  • Festival
  • Spectacle
  • Concert

Langues parlées

  • Français
Services & équipements
Tarifs & paiement

Participation libre. Quête au bénéfice de la restauration du patrimoine.

Gratuit

Moyens de paiement

  • Chèque
  • Espèces
Dates
PériodesHoraires
Le 24 juil. 2022Dimanche à partir de 17h00 et à partir de 21h00

Avis

Aucun commentaire.


Ajouter votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *