Expo photos

Jusqu'au 16 août 2021

Dispositions spéciales COVID 19

Masque, gel, distance,nombre....


Le hors-champs : entre muses et musées

Des lieux, des voyages, des humains, de toutes parts malgré les apparences, les lieux sont vivants grâce à ceux qui les traversent.
Après quelques années de parcours, la curiosité amène à aller là ou vous ne l’auriez jamais imaginé. Les rencontres se font au fil du temps plus précises, plus profondes. Vous cohabitez avec des rencontres momentanées.
C’est votre présent qui vous guide au hasard des rencontres. Ces rencontres qui vous touchent directement vous permettent de comparer votre mode de vie, vos attitudes.
Ces gens sont les mêmes que nous, ils vivent dans un monde inconnu mais ils nous sont identiques. Ils vivent en groupes, travaillent et échangent. Ils ont leurs problèmes, leurs douleurs, leurs joies Leur monde est complexe, incompréhensible et totalement étranger. Personne ne peut prendre leur place, ils sont là et vivent comme ils savent.

Après deux années passées dans les réserves du musée de Grenoble afin d’étudier la photographie académique, Je me suis souvent retrouvé dans des musées différents afin d’observer l’attitude des visiteurs.
Je commençais d’abord par photographier, parfois dans l’illégalité, les sculptures et les œuvres d’art pour tester la réactivité des gardiens et des visiteurs.

Puis, ayant gagné l’indifférence des humains, ces derniers se positionnent naturellement dans le cadrage en donnant une image plus complète et vivante.

Parfois ils se prêtent au jeu et inversent leur rôle quelques secondes: les personnages deviennent sculptures et les dames de marbre se réveillent.

L’étranger photographe, déambulateur de passage devient l’élément perturbateur de leur intime personnalité. Il débarque, observe, vole quelques clichés avant de solliciter quelques passants pour des poses officielles.
Mais le sujet n’a pas envie de participer au jeu du photographe étranger, alors il s’en va ou trouve une manière d’esquiver la réalité de la prise de vue. Se sentant trahi dans un face à face obligatoire, il improvise au dernier moment avec ce qui lui tombe sous la main pour se dissimuler ou il fuit en tournant le dos.
Le preneur d’image se sent parfois dans l’obligation de déclencher même s’il est trop tard et qu’il a l’impression d’être passé à coté de son sujet. En résulte une mise au point décalée afin de rattraper le retard pris sur l’image prévue initialement et déstructurée au dernier moment. Le point de vue s’en retrouve transformé. Le sujet, se sentant hors d’atteinte, ou hors champs est soulagé.

Ces brèves rencontres et images « volées » apportent malgré tout et dans les deux sens quelque chose de plus à ce quotidien vécu intimement par chaque personne. Le lien se crée. La relation du photographe hors-champ avec son sujet plein champ ne dérange aucune des deux parties de l’action qui peut donc se dérouler simplement en toute légitimité.

Grâce à ces dernières personnes qui ne se soucient guère de ma présence, mon intérêt pour l’endroit où je me trouve est grandissant.
La contrainte des sujets vivants étant franchie, les lieux m’apparaissent plus facile d’accès. Le point de vue devient une notion d’espace.

Catégories

  • Exposition

Langues parlées

  • Français
Services & équipements
Tarifs & paiement

Gratuit.

Gratuit

Dates

Du 16/06 au 16/08/2021, tous les jours de 7h30 à 21h.

PériodesHoraires
Du 16 juin au 16 août 2021Lundi de 07h30 à 21h00
Mardi de 07h30 à 21h00
Mercredi de 07h30 à 21h00
Jeudi de 07h30 à 21h00
Vendredi de 07h30 à 21h00
Samedi de 07h30 à 21h00
Dimanche de 07h30 à 21h00

Avis

Aucun commentaire.


Ajouter votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *