Plongez vos mains dans l’histoire du papier en Auvergne.

Fabrication du papier

À quelques minutes du centre-ville, le moulin à papier Richard de Bas perpétue la tradition papetière de la région. L’invention du papier serait chinoise : Moung Tian, général d’Empire, l’aurait inventé en 200 avant J-C. Un plongeon dans l’histoire où la transmission de ce secret s’est effectuée très lentement. Ce n’est qu’en 751 après J-C. que les Arabes la diffusent, après avoir fait de nombreux prisonniers chinois lors de la bataille de Talas. Au XIIIe siècle, les premiers moulins à papier apparaissent en Occident.

Au moulin Richard de Bas, à Ambert, si le secret de la fabrication n’est pas jalousement gardé, l’activité n’en demeure pas moins dynamique. « Au moulin Richard de Bas, les visiteurs viennent retrouver l’authenticité », rapporte Sylvain Peraudeau copropriétaire du moulin. « Si quatre ou cinq moulins à papier sont encore en activité en France en 2019, le moulin Richard de Bas est l’un des seuls à avoir des piles à maillets toujours en fonctionnement. Nous souhaitons ainsi maintenir ce savoir-faire comme à son origine, notamment pour la création du papier-chiffon. En été, nous produisons également des papiers à la cuve avec inclusions de fleurs, et les « bouquetières » viennent aussi créer des compositions florales devant les visiteurs. »

Le moulin Richard de Bas c’est aussi une expérience à vivre