Connaissez-vous l’une des principales raisons des personnes souhaitant s’installer ici ? La nature du Livradois-Forez les attire. Dans le parc naturel régional, elle est présente partout. Voici une sélection des sites naturels incontournables du Livradois-Forez, parc naturel régional en Auvergne. La nature vous invite ici à faire l’expérience de la déconnexion et du calme, en pleine observation de ses merveilles.

De nombreux nouveaux arrivants ont fui les grandes villes en quête d’un cadre de vie apaisant et revigorant. Comme cette famille, réinstallée à Courpière après 2 années passées dans le VIIème arrondissement de Paris. « Je déprimais trop à Paris, nous ne voyions jamais la nature ».

Une rangée d'arbres dans la nature d'Ambert

Et oui, le Livradois-Forez est constitué d’une nature, d’un patrimoine naturel grandiose. Chaque jour, il offre ainsi la chance d’observer la nature depuis la fenêtre de son bureau, assis à une terrasse ensoleillée ou encore au cours d’une balade. Aussi, il abrite des milieux bien caractéristiques : tourbières, gorges rocheuses, étangs, massifs forestiers, plateaux d’altitude et vallées alluviales. Ils sont pour la plupart visibles sur l’axe Thiers, Ambert et La Chaise-Dieu et offre au quotidien la sensation de vivre en pleine nature.

Ainsi, nous avons réuni les 5 sites où la nature du Livradois-Forez est remarquable. Les Hautes-Chaumes sur les monts du Forez, la forêt de la Comté au pied du Livradois. Là, vous avez compris pourquoi ce parc s’appelle ainsi. Le Rez de Sol au nord, le Mont Bar au sud, le bec de Dore où deux rivières du Livradois-Forez se fondent l’une dans l’autre. Voici donc des expériences à vivre dans la nature du Livradois-Forez.

Suspendez le temps sur les Hautes-Chaumes des monts du Forez

Pour commencer ce voyage dans la nature du Livradois-Forez : les Hautes-Chaumes, installées à 1 200 mètres d’altitude au sommet de la chaîne des monts du Forez. C’est un site naturel classé Natura 2000 pour son intérêt écologique, ainsi que pour sa faune et sa flore. À seulement 20 minutes d’Ambert, elles offrent un spectacle peu égalé sur le sol français. Elles ont un petit air de toundra norvégienne, de steppe mongole. Elles se composent de 8 000 hectares de landes, parsemés de petits bosquets d’un vert profond. Les sommets des Hautes-Chaumes sont dénudés, rasés par le vent. Et de temps à autre, vous apercevez des tourbières, à l’écosystème si délicat. Le temps est suspendu ici.

Vous entrez dans un écosystème d’altitude robuste bien que fragile

Si vous restez attentif(ve), vous remarquez que de nombreux petits animaux et plantes d’altitude ont élu domicile dans cette nature du Livradois-Forez. Les troupeaux en estive bien sûr, mais aussi de nombreux oiseaux comme le pipit spioncelle ou l’alouette. Les Hautes-Chaumes forment le lieu idéal pour observer le majestueux milan royal, les buses et busards. L’adorable campagnol amphibie se plaît aussi dans cet espace préservé. Tout comme la miramelle alpestre, ce petit criquet dépourvu d’ailes mais à la belle robe verte fluo et rouge. Ou bien le fameux satyrion du Forez, un papillon qu’on ne rencontre que sur les Hautes-Chaumes. Du côté de la flore, vous reconnaîtrez peut-être quelques-unes des plantes d’altitude : le trèfle des Alpes, l’alchémille des rochers, l’airelle rouge ou le trolle d’Europe.

Les Hautes-Chaumes nature Livradois-Forez

Troupeaux en estive, plantes carnivores et autres myrtilliers occupent cet espace propice à la contemplation. De nombreux sentiers de randonnée passent par le col du Béal, au cœur des Hautes-Chaumes. Ainsi, à proximité de Pierre-sur-Haute, le point culminant des monts du Forez s’élève à 1 634 mètres d’altitude.

Ici, il y a même la forêt de la Comté, celle qui existe pour de vrai.

Le Livradois-Forez est l’une des régions les plus boisées de France. Et la forêt de la Comté, près de Saint-Julien-de-Coppel, est une des plus belles forêts du parc naturel d’Auvergne. Son nom n’est pas sans rappeler la célèbre région imaginaire de l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien. Sauf que celle-ci existe vraiment, qui plus est, en terre du milieu, dans le Massif central. Elle s’étend sur une surface des 1500 hectares, au pied des monts du Livradois. Reconnue elle aussi comme un espace naturel sensible, elle abrite des richesses naturelles étonnantes. Confortablement installée sur le plus ancien groupement volcanique d’Europe, elle est modelée par quelques pics et puys. Une atmosphère particulière vous saisi lorsque vous pénétrez sous les arbres. Vous êtes dans le royaume des chênes.

Une branche de chêne couverte de mousse

Découvrez la plus grande chênaie des plaines d’Auvergne, un des poumons de la nature en Livradois-Forez

Cette élégante chênaie, la plus grande des plaines d’Auvergne, abrite des sous-bois assez clairs, à la végétation fournie et épanouie. Au détour des balades, vous reconnaissez le chèvrefeuille, les épervières, des petites orchidées, le mélampyre des prés ou encore l’anémone des bois. Avec un peu de chance, vous apercevez l’une des quatre espèces protégées : le géranium noueux, le lys martagon, l’œillet superbe, l’anémone pulsatille ou encore la céphaloptère rouge. Au printemps particulièrement, ces fleurs transforment les bords des sentiers. Ces derniers sont d’ailleurs balisés avec beaucoup de précision pour favoriser la préservation de la flore et de la faune.

La forêt abrite aussi quelques beaux mammifères parmi lesquels le chevreuil, le blaireau, le sanglier et le renard. Une bien jolie chauve-souris, le murin de Daubenton, sort de sa cachette à la nuit tombée. Tout comme la salamandre tachetée et le sonneur à ventre jaune, deux espèces rares et menacées en France. L’une est toute noire, avec des taches jaunes sur l’ensemble du corps. L’autre a des yeux en forme de cœur et des tâches jaunes sur le ventre. Il est bien évidemment déconseillé de les toucher si vous avez la chance d’en apercevoir.

En observation dans le Bec de Dore, un espace naturel sensible gorgé d’eau

Voilà bien un espace paisible et ressourçant. Ce site est un refuge naturel où l’eau côtoie la faune et la flore. Confluent de la Dore, qui termine ici sa course de 140 kilomètres à travers le Livradois-Forez, et de l’Allier qui commence vraiment à s’étoffer avant de poursuivre sa route vers Vichy. La quiétude des lieux vous saisit immédiatement à proximité des berges. Le site ne se prête guère à l’accueil du public, excepté sur les rives aménagées à Ris et à Limon. Ses rivières sauvages et vives façonnent le paysage. Les plages sont régulièrement remodelées, les berges parfois mises à nues. Des mares se cachent sous les arbres environnants. Et les prairies sont humides et très vertes.

Un couple de guêpiers d'Europe

Au milieu des oiseaux, la préservation du site porte ses fruits

Le Bec de Dore est une forêt alluviale avec une belle biodiversité : 37 espèces d’oiseaux sont recensées, près de 100 espèces d’insectes, 32 espèces de mammifères ou encore 344 espèces de plantes. Les petits gravelots, les chevaliers guignettes et les bergeronnettes grises nichent sur les plages. Vous pouvez apercevoir aussi les superbes guêpier d’Europe et loriot doré. La loutre et le castor sont revenus s’installer sur les rivières du Bec de Dore. Après plusieurs décennies d’absence pour l’une et plusieurs siècles d’absence pour l’autre. Vous voyez, il y a parfois de bonnes nouvelles en matière de préservation de l’environnent.

Gravissez le Mont Bar, ce volcan abritant une tourbière

Ce site naturel est composé d’un volcan et d’une tourbière. Un mariage heureux au sud du parc naturel régional. Formé à l’origine par une éruption volcanique de type strombolien, le cratère fut occupé par un lac. Puis, les végétaux et autres mousses se sont installés durablement dans celui-ci. Depuis, une tourbière s’est établie au cœur du volcan. Cette dernière offre un cadre naturel enchanteur. Le milieu de l’ancien cratère reste humide et acide, mais une hêtraie sapinière embellie sa bordure. Un sentier au départ d’Allègre vous amène du pied du volcan jusqu’à la tourbière, en passant par une plantation d’épicéas puis par une belle forêt de hêtres et de sapins blancs.

La hêtraie sapinière du Livradois-Forez : deux essences d'arbres

Cheminez dans un site très apprécié des oiseaux et des petits mammifères

Ce volcan et cette tourbière forment le paradis des oiseaux. L’élégante mésange huppée ainsi que sa cousine la mésange noire s’installent dans les conifères. Vous apercevez les trous laissés dans les troncs par le pic noir. Il est à la recherche d’insectes mangeurs de bois. Avec un peu de chance, vous verrez aussi le joli roitelet huppé, un familier des résineux. Ou encore le bec-croisé des sapins, cet oiseau habitant dans ces forêts et friand de graines de pins. La robe rouge du mâle est très reconnaissable. Alors que la femelle est plus discrète dans sa robe vert olive. Parmi les mammifères, des chevreuils laissent très régulièrement des traces sous les hêtres, de même que le blaireau et le renard. Des écureuils peuvent être vus aussi, ainsi que la martre des pins au beau pelage brun foncé.

La martre des pins

Le Rez de Sol ou la pierre du dragon : vous entrez dans un univers magique

Pour terminer ce florilège : un étonnant phénomène géologique. Dans le massif des Bois Noirs, le Rez-de-Sol est un long filon naturel de quartz. Le plus grand du Massif central. Il a été dégagé par l’érosion, il y a de très nombreuses années. Encore une merveille de la nature dans le Livradois-Forez. Il s’allonge sur 1 kilomètre et n’est large que de quelques mètres. Ainsi, avec sa forme de crête de coq, il culmine à 943 mètres d’altitude et le panorama y est grandiose. Depuis ce beau promontoire, vous avez une vue plongeante sur le paysage rural de Lachaux ainsi que sur la vallée de la Credogne si poétique. Au loin, vous apercevez aussi le Puy de Dôme, la Chaîne des Puys et le sud du département de l’Allier.

On raconte qu’un dragon avait élu domicile sur cette crête. Il dévorait les humains. Uniquement les jeunes filles. Enfin, parait-il. Et vous, que vous inspire cette belle crête rocheuse ?

Les délices de la nature à la portée de vos yeux et de vos oreilles

  • – Écoutez la Chouette de Tengmalm ou se plonger dans l’univers du roman Gaspard des Montagnes dans les forêts du Livradois. Le circuit de Gaspard des Montagnes.
  • – Observez le Milan royal, l’un des plus beaux rapaces. Ou lui préférer hérons, aigrettes et grèbes huppées et de nombreuses autres espèces d’oiseaux au Bec de Dore, au confluent de l’Allier et de la Dore. Des sorties d’observation sont proposés par la LPO Auvergne ou le Parc naturel régional Livradois-Forez. www.lpo-auvergne.org
  • –  Partez à la chasse au trésor de la plus belle pierre précieuse d’Auvergne : l’améthyste. Des animations sont proposées aux familles par la maison de l’Améthyste que vous pouvez visiter au Vernet-Chaméane.
Un couple découvre la nature du Livradois- Forez avec des jumelles.

Les 7 pépites de randonnée à connaître en Livradois-Forez

  • #1 – Monter à Pierre-sur-Haute au lever du jour pour assister à la danse du soleil sur les Alpes. Départ du col du Béal (1 390 mètres d’altitude). 4 000 mètres à pied. Moyenne.
  • #2 – Prendre les traces du colporteur des jasseries sur les Hautes-Chaumes du Forez. L’un des plus beaux circuits de randonnée. Départ du col des Supeyres. 9,5 km, 3 heures. Prévoir une pause casse-croûte à la jasserie du Coq noir. Facile.
  • #3 – Se plonger dans le temps géologique au cœur des 3 vallées glaciaires : Fossat (site classé), Chorsin. Circuit du Fossat : départ des Rochers de la Pause. 9,5 km, 3 heures. Facile. Circuit de Chorsin : départ du Crozet. 13 km, 4h20. Difficile.
  • #4 – Prendre l’assaut du Mont Bar, volcan au cône parfait. À son sommet, une tourbière. Profitez-en pour visiter la Maison du Mont Bar. Départ de la salle polyvalente d’Allègre. 6 km, 1h30. Très facile.
  • #5 – Surplombez le Livradois-Forez et la chaîne des Puys au Rez de Sol, magnifique filon naturel de quartz. Ces pierres feraient penser aux géants de la Reine des neiges. Départ du petit Murat. 10,5 km, 3h15. Moyenne.
  • #6 – Retrouvez l’état sauvage au cœur de la Vallée du Madet. Belle promenade en bordure de ruisseau surplombé par les buttes volcaniques de la Toscane d’Auvergne. Départ des Pierrys. 8 km, 2h30. Moyenne.
  • #7 – Se prendre pour un vulcanologue en herbe à Montpeloux ou sur les buttes volcaniques de la Toscane d’Auvergne. Les orgues basaltiques du Volcan du Montpeloux : départ de Saillant. 13 km, 3h45. Moyenne. Le petit Turluron : départ du bureau d’information touristique de Billom. 8 km, 2h30. Moyenne.

Avis

Aucun commentaire.


Ajouter votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *