L’art contemporain est à l’honneur à Thiers, au Creux de l’Enfer. En effet, installé dans une ancienne usine de coutellerie, ce centre d’art contemporain d’intérêt national abrite chaque année des expositions étonnantes. Une petite particularité est à noter cependant en 2022 : l’exposition annuelle du centre d’art s’installe dans les murs du CPACC – La Croix de Fer, un peu plus en amont de la Vallée des Usines.

Un centre d’art contemporain labellisé en Auvergne-Rhône-Alpes

Depuis octobre 2019, le centre d’art contemporain le Creux de l’Enfer a été labellisé par le ministère de la Culture « Centre d’art contemporain d’intérêt national ». Il devient ainsi le premier centre d’art contemporain labellisé de la grande région Auvergne-Rhône-Alpes. Et, par conséquent, le 24ème de France. Créé en 2018, ce label est une reconnaissance de l’accomplissement de certaines missions. Comme l’aide à la création. La sensibilisation des publics. Ou par ailleurs, la promotion de la connexion entre artistes et savoir-faire locaux.

De quoi sanctuariser les lieux et conforter une fois de plus les budgets. Mais aussi, à long terme, faciliter la défense du projet de réhabilitation du centre d’art ou favoriser de futurs partenariats. De même, vous encourager à pousser la porte de ce centre d’art contemporain, où la vigueur de la Durolle résonne dans ses murs.

Le Creux de l’Enfer, ancré dans l’histoire coutelière de Thiers

Creux de l'enfer Thiers eau et cailloux
La Durolle s’écoule au pied du Creux de l’Enfer.

Depuis 2021, le Creux de l’enfer s’agrandit et déploie son projet artistique et culturel dans un nouveau bâtiment jouxtant l’actuel site. Tout d’abord, la mise à disposition de l’Usine du May par la Ville de Thiers permet au centre d’art d’accroître sa surface d’exposition. Et d’accueillir alors de nouveaux projets proposant différentes expériences de partage artistique

Également, aux commandes de cette « embarcation » sur la Durolle : Sophie Auger-Grappin. Qui, après plus de 20 ans en Île-de-France, a fait le choix de quitter Paris et un centre d’art dans les Yvelines. Elle s’installe alors à Thiers, avec des projets artistiques d’envergure nationale pour l’autre capitale, celle de la coutellerie.

Creux de l'enfer Thiers Le centre d'art contemporain, vallée des Usines de Thiers
Le Creux de l’Enfer au cœur de la vallée des Usines à Thiers.

Le centre d’art contemporain est installé dans une ancienne usine de coutellerie fermée définitivement en 1956. Il trouve son origine dans la politique de décentralisation culturelle engagée en 1985, sous l’impulsion de Jack Lang. Il ouvre en 1988, trois ans après le symposium national de sculpture monumentale métallique, organisé par la municipalité de Thiers. Dont il reste plusieurs créations disséminées dans la ville et ses alentours. Et depuis peu, l’Usine du May s’est raccordée aux wagons.

Oserez-vous pousser la porte du Creux de l’Enfer ?

Plusieurs fois par an, le centre d’art contemporain renouvelle ses expositions et ses ateliers. Des vernissages, des visites guidées, des conférences jalonnent le programme annuel du Creux de l’Enfer. Poussez la porte de cette ancienne coutellerie réhabilitée en « Centre d’art contemporain d’intérêt national ».

En 2022, rendez-vous au CPACC – La Croix de Fer pour l’exposition « Che Vuoi » du 18 juin au 25 septembre. La Croix de Fer, nouvel espace artistique pensé comme un tiers-lieu culturel et citoyen : une nouvelle pépite à découvrir ?