Au cœur du Livradois-Forez, Billom est une ville de tradition marchande dont subsiste une importante empreinte médiévale. Pour la visiter, il faut partir du bureau d’information touristique. Vous pouvez parcourir la rue des Boucheries et découvrir les pépites du patrimoine. Parmi ces trésors : la maison du Boucher, puis celles du Doyen, du Bailli, de l’Échevin, “du péage”.

Au cœur du Pays d’art et d’histoire de Billom Communauté, les maisons à pans de bois et les ruelles étroites font voyager à travers le temps. Vous poursuivez la visite par la collégiale Saint-Cerneuf, avec sa crypte romane et ses peintures murales exceptionnelles du XIVe siècle. 

Billom, une petite ville qui invite à la flânerie médiévale

Bordées de maisons à pans de bois et de petites boutiques, des portails sculptés, des fenêtres à meneaux accrochent le regard. Aujourd’hui, les murs de la vieille ville racontent le passé médiéval de Billom. Le Billom médiéval témoigne d’un riche passé politique, commercial, intellectuel et religieux.

Vue des ruelles dans le quartier médiéval de Billom
Le quartier médiéval de Billom et ses pans de bois

Dès le XIIème siècle, la ville devient épiscopale, passant des mains des comtes d’Auvergne à celles des évêques de Clermont. Ainsi, en 1180, l’évêque Ponce accorde une charte de franchise aux habitants de Billom. Désormais ceux-ci pourront élire des consuls pour administrer leur ville. Avoir une maison commune également, mais surtout, ils peuvent édifier une enceinte autour de l’église Saint-Cerneuf. Pourvue de ces privilèges, Billom se fait appeler « Bonne Ville » d’Auvergne. Tout comme 18 autres villes (Clermont, Riom, Issoire, Cusset, Brioude etc… ). Ces villes se réunissaient pour délibérer de leurs affaires communes et ensemble, elles participèrent largement à la défense de l’Auvergne durant la guerre de cent ans.

Une richesse patrimoniale au détour des ruelles médiévales

Les maisons à pans de bois du centre ancien de Billom datent du XVème et du début du XVIème siècle. Elles sont classées ou inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Bâties selon un système de construction assez simple, elles constituent un assemblage de pièces de bois rempli d’un hourdis. Les poteaux verticaux reposent sur les sablières. Des pièces complémentaires, les écharpes simples, obliques ou assemblées en croix de Saint-André viennent ensuite s’intégrer dans cette structure verticale pour contreventer l’édifice.

Des trésors de patrimoine ancien
Des trésors de patrimoine

Suivant leur disposition, ces pièces de bois vont composer différents motifs géométriques. Ces maisons étant très souvent destinées au commerce, des boutiques, en rez-de-chaussée, ouvrent sur la rue par des baies en arcades. En façade, on remarque les étages des maisons décalés les uns par rapport aux autres : le niveau supérieur « avance » au dessus du niveau inférieur formant des saillies que l’on nomme encorbellements.

Belles découvertes en terres médiévales !