Le label « sites remarquables du goût » est une marque française à l’initiative de quatre ministères. Ces derniers sont en charge de la culture, du tourisme, de l’environnement et de l’agriculture. Créé en 1995, le label regroupe aujourd’hui une centaine de sites sur l’ensemble de la France. Dont la zone de production de Billom et celle d’Ambert.

L’ail rose de Billom

Billom, cité de l’ail rose Billom est reconnue site remarquable du goût. Pour ce produit emblématique en lien avec la qualité architecturale et paysagère de son environnement. Ville commerçante et dynamique, on retrouve l’ambiance des foires et marchés qui ont façonné l’identité de Billom, chaque lundi matin.

De nombreuses festivités en rythment la vie de la ville. Notamment la foire à l’ail (août), le festival médiéval et fantastique (septembre), le salon des producteurs des Sites Remarquables du Goût (décembre). La petite ville de Billom (et ses environs), est à la fois le berceau de l’Ail d’Auvergne. Ainsi que l’écrin dans lequel il est cultivé de longue date.

Cette production prend son essor vers 1850. Elle figure ainsi au rang des activités agricoles dynamiques.

Une série d’événements rythme la production annuelle

« Au mois de juillet, les premiers vacanciers sont saisis par l’odeur piquante qui envahit toute la campagne. Ce sont les effluves qu’exhale l’ail aligné régulièrement dans les champs et ce, sur plusieurs kilomètres allant jusqu’à Clermont-Ferrand. Posé en rangs serrés, il sèche en plein air chauffé par les rayons du soleil. Le spectacle est unique. » A. Thibouméry.

Bulbe haut de gamme reconnu pour la finesse de ses qualités gustatives, l’Ail d’Auvergne est apprécié des Chefs cuisiniers, comme des gourmets. Ces derniers ont rendez-vous en août pour un grand marché au cours duquel s’échangent les plus belles gousses. Ainsi que les plus jolies tresses, les meilleures préparations. Et sans doute quelques recettes et spécialités transmises au gré des conversations.

La fourme AOP d’Ambert

Ambert doit sa notoriété au délicieux fromage AOP « la Fourme d’Ambert », native des « Hautes Chaumes » environnantes. La Fourme était autrefois baptisée du nom de son producteur ou du lieu-dit où elle était fabriquée. Aujourd’hui, on l’a dit « d’Ambert », conformément à son appellation d’origine. Ses racines seraient gallo-romaines. Mais ce sont les femmes qui, montées en estive avec les troupeaux et les enfants durant la belle saison, l’ont fabriquée du XVIIIe au milieu du XXe siècle. Elle est aujourd’hui majoritairement fabriquée en laiterie. Mais on assiste à la renaissance d’une production fermière qui trouve preneur sur les marchés. Et que se disputent les connaisseurs.

Croûte grise, le fromage est un cylindre de 2 kg environ. Il se coupe en deux ou en quatre à la vente chez le producteur. Et parfois en tranches chez le fromager pour laisser apparaître sa pâte persillée de bleu. De nombreux événementiels se créent autour de la fourme comme les Fourmofolies (août). La Maison de la fourme d’Ambert et des fromages se visite d’avril à novembre.