Les expériences de Lulu : la trottinette électrique tout-terrain

Essayez de ne pas mettre le pied à terre

Venant d’arriver sur le territoire pour rejoindre la rédaction de La Gazette de Thiers, je vais tester pour vous les différentes expériences touristiques et estivales en Livradois-Forez. Cette semaine, je commence par la trottinette électrique tout-terrain au nouveau club Trott-in Nature, dirigé par Olivier Debard.

Sous un soleil radieux, j’en ai profité pour tester la trottinette électrique tout-terrain. Et j’ai bien dit tout-terrain. C’est important de le préciser. Il ne s’agit pas des trottinettes que vous avez l’habitude de voir dans les grands centres urbains. Ici, il s’agit d’une trottinette avec des pneus aussi épais que ceux des VTT. Et il en va de même pour le guidon, qui ressemble fortement à celui d’un VTT, à l’exception près qu’il y a sur celui de la trottinette, une gâchette d’accélération. Et c’est justement avec cette gâchette que toute la différence se fait.

Allant de 15 à 30 €, le prix du parcours varie selon le temps de pratique. Réservations en ligne ou au 07 69 75 07 56.

Une activité à pratiquer en famille

Avant de chevaucher ma trottinette, je joue la bonne élève et j’écoute attentivement les indications d’Olivier. Quelques règles à suivre si on ne veut pas finir le nez au sol. Il m’explique qu’il y cinq vitesses, et la vitesse maximale est de 25 km/heure. Au final c’est comme au volant, il faut mettre la première vitesse si on veut démarrer, et après les passer successivement. En théorie un jeu d’enfant. Mais en pratique, quand on est en descente la trottinette est en roue libre. Une légère précision que je n’avais pas forcément intégrée dès le début.

Julien Mialier et Olivier Debard m’ont accompagnée durant ce parcours de trottinette électrique.

On commence gentiment par faire de la trottinette au bord du plan d’eau de Saint-Rémy, Olivier, Julien qui commence à travailler à Trott’In Nature ce jour, et moi-même. Le temps pour Julien et moi d’apprivoiser nos trottinettes, Olivier nous fait part de quelques anecdotes. Après avoir fait quelques photos, l’heure de la première montée est arrivée…

Face à moi, au choix, deux petites montées caillouteuses, mais qui ne me laissent pas indifférente. Je finis par me lancer. Et non, ça ne passe pas. Je finis à pied. Il faut bien ça pour se mettre en confiance. Quitte à tomber pour de vrai, je décide d’y aller à fond et de profiter. On prend tous les trois le sentier au-dessus du plan d’eau, pour se balader. Un premier arrêt en haut de la colline qui vaut le détour. Une superbe vue sur la Chaîne des puys et de l’autre côté on aperçoit les portes du département de la Loire. Un bon exercice pour ceux qui ne connaissent que très peu la région ou encore qui ont un très mauvais sens de l’orientation. Sachant que je me positionne plus ou moins sur ces deux critères, je ne peux qu’admirer la belle nature auvergnate. La balade reprend son cours au bout de dix minutes, et on arrive forcément à notre première descente. « Quand vous êtes en descente tenez-vous bien droit et surtout, si vous voulez freiner, faite-le des deux mains pour éviter qu’une seule roue se bloque et que vous glissiez. » En voyant le sol parsemé de branches et de cailloux, je prends en compte les propos d’Olivier, et j’y vais tout en douceur. Toujours, au cas où !

Trott-In Nature est présent sur le plan d’eau de Saint-Rémy mais aussi à Aubusson-d’Auvergne.

À la méthode VTT de descente il faut se tenir bien en avant et surtout ne pas réfléchir. L’avantage c’est qu’être debout, plus ou moins mobile, permet d’éviter les courbatures. Une fois la descente finit on arrive sur une route où deux chemins sont possibles, le « 33 » et le « 33 famille ». Ce qui permet pour Olivier de voir si ses clients sont plus ou moins à l’aise après une montée et une descente, afin de les conseiller au mieux sur la direction à prendre. Surtout, il faut dire que l’activité est accessible à partir de 8 ans et que les adolescents ou jeunes adultes ne font certainement pas le même parcours que des enfants.

Le choix entre un parcours d’une heure ou de deux heures

On se dirige vers le « 33 famille », un long trajet de route s’offre à nous. Le moment le plus agréable pour ma part. Sur une route peu fréquentée au milieu des arbres, on peut facilement se laisser porter par la vitesse sans faire attention à des éventuels obstacles.

Le parcours peut se faire, aux choix, en pratique libre ou accompagné.

La balade « 33 famille » dure une heure à une heure et demi. Le temps d’arriver sur deux ou trois points culminants du trajet dont le dernier offre une vue sur le point d’eau de Saint-Rémy dont on est parti. Sur la fin, les descentes sont très agréables à pratiquer, car bien qu’elles soient pentues, elles sont assez larges et on a le temps d’en profiter pleinement.

Finalement, une fois que la trottinette et moi nous ne faisons plus qu’une, l’arrivée se fait vite et j’ai déjà envie d’y retourner.

Lucile Brière pour La Gazette de Thiers et d’Ambert.