Rencontres Culturelles d’Usson #3 | La Jeune Fille et la Mort – Mozart, Haydn, Schubert

Le 18 septembre 2021

Dispositions spéciales COVID 19

Respect des gestes barrières et port du masque obligatoire


Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, en l'église instants musicaux en journée et récital le soir autour de La Jeune Fille et la Mort de Schubert interprétés sur instruments anciens par le Quatuor Mycélium.

Minori Deguchi & Sophie Pieraggi, violons
Jeanne-Marie Raffner, alto
Maguelonne Carnus-Gourgues, violoncelle

Les visites musicales de l'église d'Usson est un projet soutenu dans le cadre du dispositif « été culturel » du ministère de la culture.


• Wolfgang Amadeus Mozart | 2ème quatuor milanais en Sol K.156 | Milan, fin 1772
• Joseph Haydn | Quatuor en sol m. op.74 n°3 Hob.III.74 – Le Cavalier | Vienne, 1793
• Franz Schubert | Quatuor en ré m. D.810 – La Jeune Fille et la Mort | Vienne, mars 1824 – 29 janvier 1826

Haydn (1732-1809), Mozart (1756-1791) et Schubert (1797-1828), trois compositeurs qui vont porter très haut l’art du quatuor à cordes qui devient au tournant des âges classique et romantique, une des plus belles formations de musique de chambre. Dans le programme que nous propose le Quatuor Mycélium, c’est tout d’abord un jeune Mozart, en 1772, alors qu’il vient de créer avec succès à l’opéra ducal de Milan un de ses premiers opéras d’envergure Lucio Silla, qui nous confie, il n’a que seize ans, ses premiers tourments de l’âme dans un adagio d’une grande élégance où se dessine le génie du compositeur autrichien. Cet Adagio intense est entouré de deux mouvements Presto et Tempo di Minuetto, gais, alertes et galants, d’un classicisme italianisant dont Mozart se souviendra dans son opéra Cosi fan tutte… 1793 - quelques vingt ans plus tard, quelques mois après la disparition de Mozart, son ami et complice en quatuors, Joseph Haydn, entre deux voyages à Londres, compose à Vienne une de ses plus célèbres pages, Le Cavalier, où après avoir fixé depuis quelques opus la forme du quatuor en quatre mouvements, Haydn atteint l’apogée du classicisme dans un Largo assai lyrique et mystérieux presque pré-schubertien et un Menuetto réminiscence mozartienne milanaise. Puis Haydn accroît le champ des possibles du romantisme, à la fois avec l’Allegro initial qui nous plonge immédiatement dans une atmosphère étrange - une chevauchée avec la mort inspirée de la ballade de Lénore du poète Bürger apposée à un simple ländler, valse villageoise allemande - mais aussi un Finale, Allegro con brio, où le doute persiste - le galop mortifère par une extraordinaire écriture en quadrilogue devient à la fois l’expression d’une grande jovialité ou d’une terrible noirceur -. La porte est ouverte pour que Franz Schubert, quelques trente ans plus tard en 1824, alors que la maladie le ronge, s’interroge sur sa propre fragilité et reconvoque la Mort qu’il avait mis en lied sept années plus tôt avec, déjà magnifié, quelques notes soutenant le poème de Matthias Claudius : « Donne-moi la main, douce et belle créature ! Je suis ton amie, tu n'as rien à craindre. Laisse-toi faire ! N'aie pas peur, Viens doucement dormir dans mes bras ! » Alors ce quatuor La Jeune Fille et la Mort reste comme un chef-d’œuvre absolu de l’histoire de la musique, Schubert se mue en conteur. Au-delà des variations diaphanes du second mouvement Andante con moto, le compositeur, dès les cinq premières notes de l’Allegro initial pose le décor d’un geste unique qui atteindra le climax d’une danse macabre, passant de la valse triste du Scherzo à la tarentelle tragique du Presto final, sous les cordes assérées des quatre jeunes filles du Quatuor Mycélium, telles des Parques contemporaines nous tenant en haleine à la limite de la suffocation, Franz Schubert fait résonner en nous la sentence originelle de l’adieu au jardin d’Eden, « car tu es poussière et tu retourneras en poussière ».

***
Quatuor Mycélium

Formé en 2017, le Quatuor Mycélium est né d’une rencontre entre quatre étudiantes du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, passionnées de musiques anciennes et partageant la même envie de jouer le répertoire classique et romantique sur instruments d’époque.
Ce quatuor est animé par le désir de proposer au public une interprétation « historiquement informée » et pourtant plus vivante que jamais, de faire partager et briller les musiques des XVIIIème et XIXème siècles, tout en restant au plus proche des sources originales.
Leur recherche esthétique et sonore s’appuie sur la connaissance des traités d’époque et des manuscrits, plaçant l’interprétation historique au cœur de leur travail. Le choix des instruments - instruments et archets de facture ancienne, cordes en boyaux -, d’une musicalité et d’un état d’esprit adaptés à la période de composition des œuvres, amènent à la redécouverte de textures sonores au plus près de ce que les compositeurs avaient imaginés.
En 2020, le Quatuor Mycélium intègre le Master de musique de chambre du CNSMD de Lyon qui donne aux quatre jeunes interprètes l’opportunité de travailler avec des professeurs de renom international tels Odile Édouard et Emmanuel Balssa du département de musique ancienne ainsi qu’Agnès Sulem et Fabrice Bihan du département de musique de chambre.
Avec cette volonté d’élargir leur horizon et d’enrichir leur vision artistique, le Quatuor Mycélium participe à de nombreuses master-classes données par des chambristes issus de toutes les traditions musicales, du baroque à la musique contemporaine - London Haydn Quartet ; Erich Höbarth, Quatuor Mosaïques ; Frédéric Aurier, Quatuor Béla ; Xavier Gagnepain, Quatuor Rosamonde… ou encore Julien Chauvin, du Concert de la Loge et Hidemi Suzuki -.
Portées par cette démarche philosophique et musicale, les quatre membres du Quatuor Mycélium ont à cœur de toucher un public le plus divers possible.

Catégories

  • Concert

Langues parlées

  • Français
Services & équipements
Tarifs & paiement

Gratuit.

Gratuit

Dates

Samedi 18 septembre 2021
Ouverture tous les jours de 15h à 15h15 et de 16h à 16h15 et de 17h à 17h15 et de 18h à 18h15 et de 21h à 22h15.

PériodesHoraires
Le 18 sept. 2021Samedi de 15h00 à 15h15 et de 16h00 à 16h15de 17h00 à 17h15de 18h00 à 18h15de 21h00 à 22h15

Avis

Aucun commentaire.


Ajouter votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *