Chef-d’œuvre du gothique méridional, l’abbaye de La Chaise-Dieu regorge de trésors patrimoniaux.

L’Abbatiale Saint-Robert

Un écrin gothique en Auvergne

L’abbaye est lieu fondateur de la congrégation des moines casadéens (de “Casa Dei”, son nom latin donné par le fondateur Saint Robert) qui rayonna en Europe, principalement au Moyen-Âge. L’édifice fut rebâti au XIVème siècle par le pape Clément VI, ancien moine de La Chaise-Dieu.

Cette abbaye bénédictine est un modèle d’architecture gothique. Depuis plus de vingt ans, les frères de la Communauté Saint-Jean entretiennent la splendeur de ces lieux. Et que l’on soit croyant ou non, on reste subjugué par l’atmosphère des lieux, si propice au recueillement et à la déambulation.

Car La Chaise-Dieu séduit par son calme profond. Entourée de forêts, assise sur un promontoire de granit, à plus de 1000 mètres, la plus grande abbaye d’Europe en altitude abrite le tombeau du pape Clément VI entouré de 144 splendides stalles en chêne sculpté.

La Danse macabre

L’ensemble abbatial est composé de plusieurs bâtiments réunis autour d’un cloître, dont une somptueuse église abbatiale gothique du XIVème siècle. Elle abrite le tombeau du Pape Clément VI ainsi que la célèbre fresque de la Danse Macabre, peinture murale du XVème siècle. Cette dernière, restée à l’état d’esquisse, illustre l’égalité de tous devant la mort. On y voit des squelettes stylisés entraîner les personnages de la société médiévale dans une farandole infernale.

La salle de l’écho, datée du XVIIème siècle, est une véritable expérience sonore pour ses visiteurs. Celui qui se place dans un angle de la pièce et chuchote pourra être entendu clairement par la personne positionnée dans l’angle diamétralement opposé !

Depuis 2007, l’abbaye de la Chaise-Dieu est au cœur d’un grand projet de réhabilitation et de mise en valeur qui vise à « redonner à voir » l’abbaye dans son intégralité, en permettant aux visiteurs d’en comprendre le fonctionnement et l’organisation architecturale.

Le cloître